Déroulement d'un Rallye

Déroulement d'un Rallye

Rallye

DES MACHINES A VAINCRE LE TEMPS !

Parmi les disciplines majeures du sport automobile, le rallye est la seule à ne pas se courir en confrontation directe. Le temps est le premier adversaire, puisque les voitures s’élancent l’une après l’autre sur la même route, à intervalles réguliers. A cet aspect individuel, le rallye associe une part collective, chaque voiture étant menée par un pilote et un copilote. 

Basé sur un schéma quasi identique pour toutes les manches du championnat du monde, un rallye se compose de plusieurs étapes et se déroule en fin de semaine sur trois ou quatre jours.

En préambule, deux journées de reconnaissances – en général le mardi et le mercredi – sont organisées pour les équipages, à bord de voitures civiles, destinées à prendre des repères sur les routes des épreuves spéciales. Le jeudi, une dernière séance de mise au point est organisée, sur route fermée et quelques kilomètres : le « shakedown ». Enfin, ultime préparatif, une cérémonie de « départ fictif » se tient le même soir dans la ville hôte.

Une journée type commence toujours par un passage par la zone d'assistance où sont réglés les derniers détails pendant un temps imparti. Tout au long du parcours, le copilote doit suivre scrupuleusement un horaire précis qui l'oblige à faire pointer la voiture à chaque contrôle horaire dans la minute de son temps idéal fixé par l’organisation.

Après la zone d'assistance, l'équipage emprunte un parcours routier en suivant les indications du road-book délivré par l'organisateur, sur lequel sont mentionnés toutes les distances et changements de direction. A l'issue de ce trajet effectué dans le respect de la réglementation routière au sein du trafic local, la voiture se présente au départ de la première épreuve chronométrée. Les équipages inscrits au championnat du monde des Constructeurs s'élancent un par un toutes les deux minutes.

Ici commence le sport. Pour chaque équipage, un seul but, réaliser le meilleur chrono sur la spéciale – une route fermée à la circulation sur une distance variant entre quelques kilomètres et parfois une quarantaine de kilomètres. Temps mesuré par des cellules photoélectriques au départ et à l’arrivée. Sur ce parcours, le copilote récite les notes dictées par son pilote lors des  reconnaissances, afin de le guider efficacement.

Les concurrents enchaînent avec un nouveau tronçon routier afin de se diriger vers les épreuves suivantes, avant de revenir au parc d'assistance pour la pause technique de la mi-journée. Le parcours effectué dans la matinée comprend en moyenne trois à quatre épreuves chronométrées. Les concurrents repartent l'après-midi pour un second tour identique avec, en conclusion de l'étape, un nouveau passage à l'assistance. Le parcours change chaque jour mais le principe demeure identique avec une double boucle autour de la ville où est situé le parc d'assistance. 

Un rallye comporte aussi obligatoirement une épreuve baptisée « Power Stage », une spéciale télévisée en direct lors de la journée finale. Elle compte pour le classement général et fait l'objet d'une attribution de points supplémentaires pour les trois premiers.

Le vainqueur du rallye est le concurrent ayant disputé l'intégralité du parcours dans un temps minimum. Le classement général est établi en additionnant les chronos (minutes, secondes et dixièmes de seconde) réalisés par chaque équipage dans les spéciales, en tenant compte d'éventuelles pénalités écopées tout au long du parcours.

?? ?? ????