Total Compétition - Enjeux Superbike

Enjeux

Moto SBK Enjeux

Les nouveaux enjeux

Depuis sa reprise en mains par Dorna Sport, le championnat du monde Superbike a subi des changements de réglementation, aussi bien sportive que technique. L’objectif étant de différencier au maximum cette compétition du MotoGP tout en la rendant encore plus accessible sur le plan financier. Après un passage par la classe Evo qui a permis d’étoffer le plateau en 2014, le promoteur du championnat est parvenu à un accord avec les différents constructeurs engagés en Mondial Superbike. Côté châssis, le cadre doit rester d’origine alors que le bras oscillant et les suspensions sont spécifiques. Côté moteur, le bas moteur et le vilebrequin doivent rester standards, mais des modifications sont admises au niveau de la culasse (arbres à cames, conduits d'admission et d'échappement) et des bielles (matériau similaire et poids identique). Les soupapes, pistons et toutes autres pièces majeures doivent demeurer d'origine. Quant à la boîte de vitesses, une seule sélection de rapports est admise sur l'ensemble de la saison. Cette année, la Commission Superbike a introduit de nouvelles règles concernant le limiteur de régime moteur, l’algorithme d’équité de performance et les “concession parts” avec un plafonnement des prix destinés à assurer la disponibilité de toutes les pièces pour toutes les équipes, ainsi qu’une tarification contrôlée. Le système d’équilibrage utilisant des limiteurs d’admission d’air a été remplacé par un système limitant le régime moteur. Cette limite peut être réglée à tout moment durant la saison et s’applique à chaque constructeur. Un système de points de concession sera introduit afin de limiter le développement des moteurs des machines les plus rapides. À certains moments de la saison, les équipes ayant accumulé le moins de points de concession seront autorisées à introduire des mises à jour. Afin d’offrir aux plus petites structures ayant moins de budgets plus de chances de grimper sur le podium et de se battre aux avant-postes, les pièces approuvées seront soumises à des plafonds de prix sur plusieurs points importants du châssis, des suspensions et du moteur. A noter que l’utilisation d’éléments aérodynamiques n’est autorisée que si ceux-ci équipent le modèle homologué vendu en Europe, au Japon et en Amérique du Nord. Il a par ailleurs été décidé que les suspensions électroniques ne pourront pas être utilisées, même si celles-ci sont présentes sur le modèle homologué. Championne du monde en titre depuis trois ans, l’équipe officielle Kawasaki KRT Elf demeure la référence du championnat du monde Superbike. Toujours favoris, Jonathan Rea et Tom Sykes devront toutefois juguler les ambitions de Chaz Davies et Marco Melandri dont la Ducati a bien progressé l’an dernier. Irréguliers en 2017, Alex Lowes et Michael van der Mark auront eux aussi à cœur de briller. Tout comme Leon Camier et Jake Gagne, la nouvelle paire de chez Honda, ou encore Loris Baz, de retour en Superbike avec une BMW.  

En Supersport, Kenan Sofuoglu repartira à la conquête du titre que lui a ravi l’an dernier le Français Lucas Mahias. Si les deux hommes sont clairement favoris dans la course au titre, d’autres candidats se tiennent en embuscade tels que Jules Cluzel, désormais équipé d’une Yamaha, Anthony West, toujours dans le coup avec sa Kawasaki, Randy Krummenacher, de retour dans la discipline, ou encore Sandro Cortese, transfuge du Moto2. Vingt-trois pilotes tenteront cette année leur chance en Mondial Supersport.

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.